Centenaire de des Maristes au Sri Lanka

Mar 30, 2011 No Comments by

C’était le 24 mars 1911 que cinq frères, Peter Leo, Paul Leo, Francis Anthony, Jules Lawrence et Marie Chrysostome de Saint-Genis-Laval en France sont arrivés au Sri Lanka, alors appelé Ceylan. Ces missionnaires ont commencé leur apostolat à St Michael’s College Batticaloa, une école dirigée par les Jésuites.

Les frères ont appris l’anglais et le tamoul, le tamoul étant la langue parlée par la majorité des gens de la région est. Ayant appris les langues locales, les pionniers maristes ont posé les bases de l’inculturation et se sont rapidement déplacés de l’est vers l’ouest du pays. Ces frères qui s’étaient montrés très audacieux dans leur mission, répandant la Bonne Nouvelle par l’intermédiaire de l’éducation, se rendirent à Negombo à l’invitation de l’Archevêque Mgr Coudert et ils furent très bien accueillis par le R.P. Milliner, O.M.I. qui était alors le curé de Grand Street Negombo.

Avec des cœurs remplis de foi et leur vision d’avenir, ils ont développé la mission mariste au Sri Lanka. St. Mary’s College Negombo, Maris Stella College Negombo, Joseph Vaz College Wennappuwa, Christ King College Thudella, St. Joseph’s College Bandarawela sont quelques-unes des écoles importantes dirigées par les pionniers maristes. Nous devons reconnaître que l’ère de l’éducation de style anglais a malheureusement commencé à décliner quand la politique de l’état de Swabasha a pris de l’importance. Ce ne sont pas seulement les Frères Maristes mais aussi beaucoup d’ordres religieux qui ont perdu leurs meilleurs établissements en même temps que leur discipline et leur éducation à l’anglaise. Ce qui a été fait ne peut pas être défait. Maris Stella, la forteresse des Frères Maristes, fut la seule école qui a été conservée sans être volée.

Holy Cross College Kalutara, un autre trésor que les Frères Maristes avaient développé, fut aussi arraché à leurs griffes. Actuellement l’administration mariste est recentrée à St. Joseph’s College Nugegoda, et St. Mary’s College Chilaw. Et les Frères Maristes étendent leur service auprès des nécessiteux et des pauvres à Kalpitiya et Jaffna. Les habitants de Kalpitiya et des îles ont une dette de reconnaissance envers les Frères Maristes spécialement envers Fr. Lal Fonseka et envers Fr. Laza pour leur courageux service sous ce soleil brulant. Les Frères Nicholas et Francis sont au service d’enfants nécessiteux en les enseignant et les préparant à un avenir meilleur.

L’Institut vocationnel Electro dirigé par les Frères Maristes à Negombo ouvre des voies à des jeunes qui ont quitté l’école et échoué à leurs examens, pour une formation professionnelle les confortant dans leur diverses aptitudes. Fr. Victor Fernando avec son équipe dévouée ouvre des voies d’avenir.

La Ferme mariste réputée, encore un autre trésor mariste, et le Noviciat se trouvent à Thudella. Les Novices du Sri Lanka, de l’Inde et du Pakistan se forment sous les regards attentifs des Frères Joseph Florentius et Godfrey Perera Quelques frères plus âgés prêtent leurs mains fraternelles à des activités paroissiales à Haldanduwana dans le diocèse de Chilaw.

Bien que n’ayant pas vu tous ces pionniers et les premiers Frères comme Joseph, Julian, Lewis, et Conran, j’ai connu et travaillé avec les Frères Peter Berchmans, Paul Nizier, Valentine et Raphael ; ils m’ont donné assez de preuves de leur contribution à leur domaine préféré de l’éducation. Ce sont de vrais éducateurs mais aussi de simples grands frères dans le vrai sens du mot. Le Fr. Gerard Peiris (89), le frère le plus âgé de nos communautés actuelles, est aussi affectueusement dans notre souvenir.

Etant fier d’être un “Maristonian” (ancien élève du Maris Stella) qui fut bien éduqué et bien nourri, je suis obligé d’écrire cette louange des Frères Maristes qui m’ont fait le cadeau d’une éducation et d’une formation gratuites, un cadeau hors de prix que j’apprécie beaucoup. Que ce soit là un modeste tribut à tous les Frères Maristes et tout spécialement au bien-aimé Fr. Gregory Aloycious, qui était alors le Provincial et le Directeur du collège qui m’a reçu gratuitement, et au Fr. Clinton Perera, le Directeur tout au long de ma scolarité, et au Fr. Linus Fernando, mon maître dans les classes primaires, et au Fr. Shanthi Liyanage, le préfet des pensionnaires. Je me souviens avec grand respect de ces vrais illustres disciples de Saint Marcellin Champagnat qui m’ont assuré le succès.

Si Fr. Gregory Aloysius n’avait pas tendu vers moi sincèrement ses mains généreuses et ne m’avait pas fait le cadeau d’une éducation gratuite, et si les autres frères ne m’avaient pas traité avec égalité et humanité comme les amis riches du Collège et de l’internat, ma destinée en aurait été changée sans aucun doute. Je suis toujours reconnaissant envers les Frères Maristes, les bâtisseurs de ma vie, pour ce que je suis aujourd’hui. En bien des occasions, des personnes m’ont demandé si j’avais été dans quelque séminaire, à cause de la formation qui a structuré ma personnalité. Aussi je dis fièrement ; Non, je suis un « Maristonian ». C’est la meilleure récompense que je peux offrir à mon Alma Mater.

Fr. Clinton Perera, qui est un brillant érudit, a présidé aux destinées de Maris Stella pendant plus de vingt ans, et c’est pendant ces années que lui, avec son équipe, a élevé le Collège à un niveau qui était à la hauteur des meilleurs autres établissements du pays.  Comme Directeur, il était spécialement exigeant en ce qui concerne la discipline des élèves, mais nous l’aimions tous. Quand il parcourait majestueusement l’école deux fois par jour, pendant le premier cours et après l’interruption du ‘lunch’, il y avait un silence de mort dans toute l’école. Quand il se tenait à l’entrée de la chapelle du Collège, toute l’école restait en grand silence. Nous avons bien expérimenté ce grand silence et c’était une partie de notre formation à la discipline.

Il était strict en matière de discipline qu’il voulait parfaite et cela faisait de ces « Maristonians » des élèves disciplinés. Il était très sûr que la discipline et l’éducation sont deux frères jumeaux qui devaient marcher de pair. Cette remarquable attitude faisait la gloire de Maris Stella College et cette réputation augmentait rapidement le nombre des élèves.

Fr. Joseph Fonseka qui est profondément religieux, veillait au bien-être spirituel de tous avec grand enthousiasme dans son domaine comme directeur du primaire. C’est lui qui nous a appris à garder toujours sur nous le chapelet, à l’aimer et à le prier. Merci Fr. Joseph ; nous pratiquons encore ce que vous nous avez appris. Chaque chose à sa place. Il cherchait à être impeccable en tout.

Fr. Linus, l’un de mes enseignants du primaire, aimait les pique-niques et était passionné pour de longues excursions. S’il n’avait pas organisé tous ces longs voyages annuels, beaucoup d’entre nous n’auraient pas eu l’occasion de jouir de la beauté du Sri Lanka. Nous, ses anciens élèves, gardons précieusement les agréables souvenirs de nos pique-niques à Yala, Wilpattu Nuwaraeliya, etc.

Fr. Shanthi Liyanage, le Provincial mariste actuel, était le préfet des pensionnaires que j’ai le plus apprécié. Il y avait chez lui beaucoup de bienveillance. Il n’avait pas de place pour quelque discrimination que ce soit. C’était un vrai ‘gentleman’. Il fut pour un temps mon professeur d’anglais qui m’a guidé avec lucidité.

Fr. Michael De Waas, qui était le Provincial du Sri Lanka, des Indes et du Pakistan, est actuellement Conseiller général des Frères Maristes à Rome. Il est le tout premier Sri Lankais à avoir occupé une fonction aussi importante dans la Congrégation.

Les Frères Maristes ont fait de leur mieux pour animer et modeler de jeunes esprits qui leur étaient confiés suivant les meilleures traditions des Maristes, spécialement les meilleures traditions de leurs collèges. J’ai appris que les Frères Maristes, lorsqu’ils cherchaient un lieu pour ouvrir un collège, recherchaient surtout de la place pour des terrains de jeux. C’est le style mariste. Ils estimaient que l’éducation et les sports devaient marcher main dans la main

Les Frères Maristes ont modelé et formé des anciens de Maris Stella College dans toutes les professions et tous les domaines qui existent ; ils sont solides et servent ici et à l’étranger en loyaux anciens élèves du Maris Stella. Puissent les Frères Maristes du Sri Lanka, des Indes et du Pakistan (une communauté), qui contribuent pleinement à la qualité de l’éducation, être bénis en ayant des vocations et l’assistance du Saint Esprit pour avancer vers le succès.

 

Actualités, Vie Consacrée
No Responses to “Centenaire de des Maristes au Sri Lanka”

Laissez votre commentaire