Travailler avec les jeunes en Ouganda

Mai 16, 2011 No Comments by

Père Leo Tibenda et Sœur Kathryn Pinkman sont des Missionnaires Comboniens qui travaillent en équipe pour promouvoir la conscience missionnaire en Ouganda. Daniele Comboni, notre fondateur, a consacré beaucoup de son temps pour faire connaître et apprécier ce qu’il faisait en Afrique.

Et ce, car il avait besoin du soutien d’amis, de connaissances et de bienfaiteurs pour pouvoir continuer à porter l’annonce de Jésus-Christ aux peuples de l’Afrique Centrale.

Père Leo et moi, tous les deux anciens instituteurs, nous avons remarqué que les jeunes sont particulièrement aptes à comprendre et à soutenir l’importance de la mission pour une église  locale. Comme le disait un évêque en s’adressant missionnaire il y a quelques années, vous européens, vous nous avez apporté la foi, mais vous avez oublié son envergure missionnaire.

Nous croyons qu’il est temps de combler cette lacune. Nous voulons que notre église en Ouganda aussi perçoive e prenne conscience que le baptême nous rend tous missionnaires, du moment que Jésus-Christ, avant de s’élever dans le ciel, ordonna à ses disciples: « Allez et annoncez l’Evangile ! ». Nous voudrions faire comprendre que, où que nous soyons, nous pouvons et devons annoncer l’Evangile comme témoins de la Bonne Nouvelle.

Participation des Jeunes aux Groupes de Mission.
Le message a été assimilé. Aujourd’hui, dans de nombreuses écoles, nous avons des groupes qui s’appellent: Groupe Mission Jeunesse Chrétienne ou GMGC. De nombreux Missionnaires Comboniens dans tout l’Ouganda soutiennent notre ministère. Notre premier contact a lieu avec les directeurs de l’école et nous nous sentons bien accueillis. Eux aussi ils souhaitent que l’on organise quelque chose pour que les jeunes vivent une vie meilleure.

De concert avec la direction, nous invitons les étudiants à participer à une assemblée, ou bien à célébrer l’Eucharistie avec nous. Par la suite, nous conseillons de former des groupes avec des dirigeants qu’ils ont choisis et de se réunir régulièrement chaque semaine ou bien toutes les deux semaines. Il est important que les jeunes se rencontrent avec Dieu et Jésus-Christ par le biais de la Bible. Nous ne devons pas laisser que ce soient uniquement les sectes évangéliques, financées par les Etats-Unis et si nombreuses en Ouganda, à le faire.

Croissance des Groupes de Mission
Tous les trois ou quatre mois, nous dressons un feuillet que distribuons aux Groupes.
En principe, nous reportons dans l’éditorial un message du Pape adressé aux jeunes ou aux missions. Puis, nous publions des articles écrits par les jeunes ou par les étudiants. Ils parlent de leur vie, de la situation où ils vivent, racontent de petites histoires et proposent des devinettes. Il ne manque pas les poésies ou les commentaires sur ce qui les entoure.

Le feuillet s’intitule « Perspectives de la Mission »: il est écrit par les jeunes pour les jeunes. Nous tâchons de faire en sorte que ce soient les groupes à le financer, mais c’est difficile, car les étudiants, en général, réussissent à peine à couvrir le coût de leurs études et nous ne pouvons demander davantage à leurs parents non plus.

Grâce à la coopération – comme celle des novices Comboniens à ce travail pendant leur expérience pastorale – les groupes se sont multipliés et il y en a maintenant aussi dans l’Ouganda du Sud-Est. Dans l’archidiocèse de Mbarara, ville natale de père Leo, il y a des groupes dans dix-huit écoles, quelques-unes d’entre elles sont bien organisées et d’autres le sont moins, quelques-unes sont nouvelles, encore sans portes ni fenêtres, mais pleines de jeunes avides d’apprendre, la clé pour un meilleur avenir pour eux.

Congrès annuel
Une fois par an, nous organisons un mini-congrès pour les membres des groupes d’une diocèse. En général, toutes les écoles y sont représentées, en fonction de ce que nous avons réussi à obtenir en termes de transports et de contributions pour les frais journaliers que nous devons ensuite intégrer.
Nous informons les écoles que les élèves doivent participer avec leur propre contribution.

Nous apportons le message du Pape afin qu’ils le lisent en équipe et l’utilisent comme base pour la présentation de la journée et pour entretenir les participants. La présentation peut être une chanson – les jeunes ougandais sont des musiciens de naissance – ou une poésie. Par exemple: le 18 juillet 2010, le mini-congrès fut axé sur le sujet: « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle? » (Mc 7,10). La plupart des étudiants prépare un sketch ciblé. La présentation est toujours très bonne.

En principe, ces présentations se poursuivent pendant toute la journée, avec une interruption pour le repas. Il est très important que tous les travaux puissent être présentés, car ils révèlent la situation des jeunes dans la société contemporaine et leurs efforts pour rester fidèles aux promesses du baptême. Elles sont également amusantes et les jeunes aiment aussi les présenter qu’y assister.

Evêques enthousiastes du travail de la jeunesse.
Père Leo et moi, nous sommes toujours très occupés, mais c’est un travail gratifiant. Nous travaillons à côté des Œuvres Missionnaires Pontificales en Ouganda. Nous dressons un rapport annuel pour la Conférence Episcopale qui se tient en juin. Les évêques apprécient le travail que nous faisons et quelques-uns d’entre eux nous invitent à gagner d’autres diocèses pour travailler parmi les jeunes.
Nous le voudrions beaucoup s’il nous était possible!

Hier, j’ai rencontré Cedric, un jeune ami que j’ai connu récemment, lorsque père Leo et moi, nous avons visité les quatre groupes de la diocèse de Kasana-Luweero, au nord de Kampala. Nous sommes partis de bonne heure de Kampala pour éviter l’heure de pointe – chaotique comme dans n’importe quelle capitale – pour arriver pour la messe de 8h à la première école. Nous avons été accueillis chaleureusement comme toujours; après la messe, j’ai demandé au groupe de prendre des photos avec eux. Comme cette école n’a ni portes ni fenêtres, nous nous sommes assis sur l’herbe!

Prions afin que le Saint-Esprit continue à protéger et illuminer notre chemin et notre mission d’apporter la lumière de Jésus-Christ à nos frères et sœurs, ce qui est essentiel dans la mesure où « la foi se fortifie lorsqu’elle est partagée » (Jean-Paul II).

 

 

Actualités, Témoignages
No Responses to “Travailler avec les jeunes en Ouganda”

Laissez votre commentaire