Les Français et la fraternité

Oct 18, 2011 No Comments by

Le sondage publié le 13 octobre 2011 par le magazine Pèlerin révèle que si la fraternité est un idéal partagé par tous les Français, elle se vit en priorité au cœur de la famille et dans un cercle proche. Même chez les catholiques pratiquants, le lien entre « foi » et « charité » est ténu.

Ces résultats confirment que les 85 mouvements et services d’Eglise impliqués dans « Diaconia 2013 – Servons la fraternité » sont bien au cœur d’une question d’Eglise.

Le sondage sur « Les Français et la fraternité » a été présenté à l’occasion d’un Comité de Pilotage élargi de « Diaconia 2013 », le 12 octobre 2011 à Paris. Une soixantaine de membres ont pu réagir aux résultats présentés par Antoine D’Abbundo, Rédacteur en chef de Pèlerin. Mgr Bernard Housset, évêque de La Rochelle et Sainte, Président du Conseil national pour la Solidarité était présent.

Le sens de la fraternité : la foi à la traîne

« A vos yeux, qu’exprime avant tout le terme de fraternité ? » « Une manière d’être, de se comporter avec les autres » répond 40% des Français. François Soulage, Président du Comité de Pilotage (Secours catholique), est interpellé par le fait que seulement 8 % des catholiques pratiquants réguliers y voient une « manière de vivre sa foi ou son idéal ». « Comme tout don de Dieu, la fraternité est une tâche à accomplir » commente Mgr Housset. Comme l’a rappelé le P. Dominique Fontaine (Mission de France), le parcours construit par la
Mission de France sur le mot « serviteur » avec l’évangile de Luc peut aider à retrouver les fondements évangéliques de la fraternité. Ce sera aussi l’objectif d’un hors série de 16 fiches publié prochainement par Prions en Eglise.

Les valeurs associées : la solidarité avant la charité

20 % des catholiques pratiquants font le lien entre fraternité et « charité » alors qu’ils sont 71% à l’associer à « la solidarité ». Le mot « charité » renverrait à une image condescendante, héritée du XIXème siècle. Pour Jean-Philippe Picard-Bachelerie (Apprentis d’Auteuil), la démarche Diaconia 2013 doit « soutenir un changement de regard » sur l’autre, « une conversion ». Avec « Servons la fraternité », c’est la notion de « réciprocité », de « respect et d’égalité dans les relations » qui est valorisée, estime Patrice Sauvage (Fondation Jean Rodhain). Ce mauvais score doit questionner le comité de suivi théologique de Diaconia 2013… Luc Champagne (Service national Famille et Société) se veut rassurant et souligne que le terme « solidarité » est régulièrement utilisé par les papes !

Les moments de fraternité : en famille avant tout

Le sondage révèle que la fraternité se vit avant tout « en famille » pour 73% des Français puis « entre amis » (63%). François Soulage (Secours catholique) entrevoit là un appel fort à sortir du cercle proche et à aller vers les autres. Eric Paugam (bénévole Diaconia) invite l’Eglise à prendre en compte les « liens d’amitié », plébiscités par les 18-30 ans comme lieu pour vivre la fraternité.

Les menaces dans la société actuelle : l’individualisme épinglé

José Bourau (Action Catholique Ouvrière) remarque que parmi les menaces pour la fraternité dans la société actuelle, la montée de l’individualisme (60%) et des inégalités (59%) est classée en tête par les Français.

www.eglise.catholique.fr

Actualités
No Responses to “Les Français et la fraternité”

Laissez votre commentaire