Un messager de l’Evangile du Texas

Nov 25, 2011 No Comments by

La Chine, ce grand pays, comptant plus du 20% de la population mondiale, rencontre maintenant une difficulté très sérieuse. Passer d’un pays pauvre et rural à un pays industriel et urbain oblige des populations importantes de quitter la pauvreté sévère des campagnes, pour s’installer en ville. Cela touche entre 80 et 100 millions de personnes qui sont ainsi déplacées et arrivent dans les villes, sans maison, sans travail et même sans papiers, ce qui permettrait à leurs enfants d’aller à l’école. Il s’agit du plus grand mouvement de population dans le monde, actuellement. Comment tous ces gens seront-ils pris en charge? Quel genre de vie les attend? La réponse dépend de la façon dont les villes seront gérées.

Jusqu’à présent, elles ont été administrées, aussi bien que possible, par des personnes dont la seule qualification était leur appartenance au parti communiste. Comme les villes deviennent toujours plus complexes, il est clair qu’un plus grand professionnalisme s’impose. C’est pourquoi, à Pékin, une nouvelle université est née, afin d’explorer ces questions et de fournir une préparation plus adéquate à la nouvelle génération des administrateurs publics. Ils doivent réussir, car dans leurs mains repose le destin d’un grand nombre d’immigrants. Le travail ne se termine pas à la construction de campus, dédiés à cette cause; la vraie question est en effet ce qui y sera enseigné, quelle attitude inspirera ceux qui répondront aux besoins des pauvres.

Dans leur recherche, les directeurs se sont adressés à diverses sources d’idées, y compris au Conseil pour la Recherche sur les Valeurs et la Philosophie (RVP), fondé par un Oblat, le P. George F. MCLEAN. Ce n’est pas en passant que cette organisation s’est spécialisée sur les valeurs évangéliques, nécessaires à la transformation de beaucoup de cultures dans le monde. Elle a tenu un nombre de conférences en Chine sur cette question dans ces dernières années.

 

Concrètement, Mlle Hu Yeping, Directrice des Opérations RVP, a répondu à la demande d’une conférence sur ‘administration urbaine et immigration’; elle a réuni sont équipe RVP, à partir de l’Université Internationale d’Affaires de Pékin. Le Conseil a aussi fait appel au P. Jim LOIACONO, à cause de sa longue expérience et de son engagement auprès des immigrés pauvres. Jim a travaillé avec la communauté hispanique de Lowell, Massachusetts, pendant six ans et a cherché à faciliter son établissement dans son nouveau pays, en fondant des écoles et une communauté paroissiale, financièrement autonome, basée sur l’Evangile.

 

Ensuite il a été appelé sur la ligne de front, chargé de la paroisse d’Eagle Pass, au Texas, à moins de 300m du Rio Grande, le fleuve qui fait frontière entre le Mexique et les Etats Unis. En ce lieu, il renouait avec la tradition de la fameuse Cavalerie du Christ, une équipe d’Oblats qui, vers la fin des années 1800, ont parcouru à cheval les rives du Rio Grande, pour prêcher et desservir la population hispanique. Jim a aidé les pauvres de l’Amérique latine qui se sont battu pour arriver au nord et qui finalement ont réussi à traverser le fleuve et sont arrivés au Texas; il leur procurait de la nourriture des habits, et les documents dont ils avaient besoin, avant de les orienter vers leur parenté, en divers endroits des Etats Unis.

En Chine, le P. Jim était exactement la personne dont ils avaient besoin. Il apportait sa riche compétence, acquise en travaillant avec les immigrés, depuis leur arrivée jusqu’à leur intégration dans leurs nouvelles communautés urbaines. Il apportait, en outre des années de recherche sur la pensée de Jean Paul II, et la dignité de toute personne humaine, créée qu’elle est à l’image de Dieu. Ainsi dotée, elle possède la connaissance, l’amour et la capacité de transformer son milieu et de construire une famille et des communautés plus larges. Le P. Jim savait comment travailler avec les immigrés urbains, c’est ce vers quoi la Chine doit tendre. À Pékin, en effet, ils ne forment pas seulement un grand nombre d’étudiants pour devenir administrateurs des villes, mais ils rédigent aussi les manuels qui seront ensuite utilisés partout en Chine, sur la façon de mettre en valeur les immigrés pauvres, d’en prendre soin et de les lancer dans leur nouvelle vie.

Son message arrivait à point nommé, en ce moment crucial, dans l’histoire de ce grand peuple. Ses conférences publiques ont été un triomphe et ses dialogues privés qui suivaient étaient centrés sur le message de l’Evangile afin de l’inscrire profondément dans les esprits et les cœurs de tous ceux avec qui il parlait. De là il a continué à apporter le même message à d’autres instituts à Wuhan, Shanghai, Laos et Hanoi, Vietnam.

Jim est revenu sur le Rio Grande; il continue comme curé de Notre Dame du Refuge, à Eagle Pass, ainsi que de Notre Dame de Lourdes, à Seco Mines et de Notre Dame de Guadalupe à Quemado. Des six célébrations en fin de semaine dans les trois églises, deux sont en anglais, trois en espagnol et une est bilingue. (George F. McLean, OMI)
Actualités
No Responses to “Un messager de l’Evangile du Texas”

Laissez votre commentaire